Etre mise au placard après sa grossesse, une histoire bien commune.

©devian-tart-Fotolia.comObtenir la parfaite égalité homme/femme dans le monde du travail relève encore aujourd’hui du vœu pieux. Ainsi dans notre pays, à l’heure actuelle, des femmes sont mises au placard à leur retour de congé maternité. Leur absence en a mis d’autres en valeur. On les soupçonne de ne plus être aussi performantes en étant maman. Tous ces arguments qui justifient pour certains des évictions de mission ou même de poste.

Un avenir détruit au retour de son congé maternité, le cas extrême de Sonia.

Sonia a 33 ans. Elle est mariée et maman d’un petit Hugo. Elle travaille à l’hôpital comme médecin assistant. Cela fait de nombreuses années qu’elle exerce dans le service de gynécologie et espérait vraiment avoir une promotion l’an prochain. Cependant, au retour de son congé maternité, elle a découvert que son rêve n’allait pas se réaliser. Quelqu’un d’autre va prendre sa place. Les contrats hospitaliers sont particuliers et aucun recours n’est envisageable puisque ce n’était qu’un accord oral. Sonia devra donc trouver un nouveau poste.
Elle se confie à nous : « Lorsque mon chef de service m’a informée de sa décision, c’était comme si le sol se dérobait sous mes pieds. Je ne m’attendais pas à une telle trahison. Mon mari travaille dans le même service. Moi, je dois m’en aller à la fin de mon contrat. Tout allait bien avant mon congé maternité mais la douche fût bien froide à mon retour : un homme a été mis à ma place. Je suis écœurée. »

Que faire dans une telle situation ? Quels sont les recours ?

Dans le cas de Sonia, il est impossible d’agir puisque aucun contrat officiel ne lui promettait ce poste : le recours aux syndicats ou encore aux prud’hommes ne lui serait d’aucun secours. Par contre, en entreprise, si une employée est privée de certaines missions, il faut alors intervenir.
D’abord par le dialogue, sans agressivité. Puis par la preuve du travail bien fait. Evitez également de déserter votre poste. Mais si rien n’y fait, il vous faudra prendre des mesures plus radicales. Les procédures juridiques ne doivent servir qu’en dernière extrémité. Une telle action n’a pas que des avantages et travailler dans une atmosphère de conflit est toujours bien pénible.
Vous avez été victime d’une telle injustice ? Vous souffrez de votre mise à l’écart au retour de votre congé maternité ? Venez nous parler de vos expériences dans notre forum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *