Dangers du soleil : comment se protéger ?

stockvault-girl-standing-at-beach135723Le printemps est de retour et avec lui, l’envie de lézarder au soleil. Ah, le soleil ! On l’attend impatiemment. Chaleur, bonne humeur, peps : le soleil nous apporte ses bienfaits. D’abord, il booste notre moral : la lumière reçue par nos yeux nous permet de lutter contre la dépression saisonnière. Puis, il influe sur l’hormone du sommeil, la mélatonine, responsable de notre rythme biologique. Enfin, il aide notre corps à fabriquer de la vitamine D qui est bénéfique à la calcification de nos os notamment. Vitamine D qui présente également des vertus immunitaires : elle protège contre certaines infections et maladies ; elle permet de lutter contre le psoriasis, le rachitisme et l’ostéoporose, par exemple. Malgré tout, il faut en user avec parcimonie et adopter les bonnes attitudes face à ses dangers. Clarisse fait le point et vous fait part des précautions à prendre pour s’exposer en limitant les risques.

Les dangers du soleil

Le vrai danger dans le soleil ? Les rayons UV qui varient en fonction de la position du soleil. C’est entre 12 et 16h qu’ils sont les plus intenses et donc les plus nocifs. D’autant plus qu’ils ne produisent pas de chaleur et qu’ils ne sont filtrés ni par l’eau ni par les nuages. Précisons que le mois d’août, contrairement aux idées reçues, n’est pas le mois plus dangereux : les premières expositions printanières le sont tout autant.

Première manifestation d’une trop longue exposition au soleil : le coup de soleil. Souvent, il s’attrape sans que l’on s’en rende compte et est bien douloureux !

Seconde manifestation : le coup de chaleur (ou insolation). Plus ou moins violent, il se manifeste de différentes façons : peau chaude et rouge, maux de tête, fièvre, langue sèche, nausées et vomissements, douleurs à l’estomac, crampes musculaires, vertiges… Il peut même aller jusqu’à la perte de conscience (dans ce cas-là, prévenir les secours – le 15 – car la personne peut être en danger de mort). Il peut être également lié à un effort physique intense ou à une prise de médicaments.

Troisième risque : le cancer de la peau et les mélanomes cutanés. Ces derniers sont liés à une exposition trop importante au soleil et sans protection. D’après le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, il y aurait plus de 2 millions de nouveaux cas dont 200 000 mélanomes malins chaque année, dans le monde. 8 250 en France. Il est le cancer qui a le plus progressé ces trente dernières années. Les régions les plus touchées sont celles où les populations sont peu habituées à l’exposition solaire : Bretagne, Pays-de-Loire, Basse-Normandie et Alsace.

Quatrième risque : la cataracte dont le soleil est responsable. La cataracte est la première cause de cécité dans le monde avec 20 millions de personnes atteintes. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), 20% des cataractes sont liées aux expositions solaires.

A la mer ou au bord de l’eau, il existe un autre risque : celui de l’hydrocution. Après une importante exposition au soleil, il ne faut pas se jeter à l’eau sans réfléchir. Sinon, le choc du contraste chaud/froid peut avoir conséquence une perte de connaissance voire une noyade. Il est donc nécessaire de rentrer progressivement dans l’eau.

Autre conséquence : le vieillissement de la peau prématuré (épaississement de la peau, taches brunes, rides).

Comment se protéger du soleil ?

Dès l’arrivée des beaux jours, nous rêvons d’une chose : un pique-nique dans l’herbe ou sur le sable, sortir la petite robe qui va mettre en valeur nos gambettes et avoir une belle peau bronzée ! Il faut néanmoins prendre quelques précautions. Selon l’OMS, 15 minutes d’exposition par jour suffisent.

  1.  Eviter de s’exposer entre 12 et 16h. C’est quand le soleil est au plus haut que les rayons UV sont les plus dangereux. En France, c’est avant 11h et après 17h que les rayons du soleil sont les moins nocifs. 
  2.  Se couvrir (tee-shirt, chapeau, lunettes de soleil, crème solaire). Attention, une fois mouillé, le vêtement perd son effet protecteur.
  3.  S’enduire de crème solaire. Il existe plusieurs indices, à choisir selon la sensibilité de votre peau, la densité de l’ensoleillement et votre degré de bronzage. Elle doit être appliquée toutes les deux heures et systématiquement après la baignade. Pensez à vous badigeonner les mains, la nuque, les oreilles, les pieds : on les oublie trop souvent !
  4.  Se réhydrater régulièrement avec de l’eau, même sans soif. Pas de boissons sucrées, alcoolisées ou en forte teneur en caféine ou théine.
  5.  Mettre des lunettes de soleil : les yeux sont particulièrement sensibles aux rayons UV
  6.  Ne pas mettre de déodorant ou de parfum au soleil : ils peuvent provoquer des allergies et des brûlures graves.

Attention, la réflexion des UV est plus ou moins importante selon le lieu où l’on se trouve. L’herbe réfléchit 3% des rayons solaires, l’eau entre 5 et 10%, le sable entre 15 et 30% et la neige jusqu’à 90%. Ainsi, contrairement aux idées reçues, l’eau réverbère moins que le sable ou la neige ! Adaptez donc votre protection également en fonction du lieu.

Attention, les enfants, danger !

Avec une peau et des yeux plus fragiles, les enfants sont bien plus sensibles encore au soleil que les adultes. En effet, jusqu’à la puberté, leurs défenses naturelles sont immatures. Ils doivent être particulièrement protégés : tee-shirt, chapeau, lunettes, crème solaire, hydratation. Il est préférable de ne pas les exposer quand ils ont moins de 3 ans.
De même, les femmes enceintes doivent faire particulièrement attention à leur exposition au soleil : les hormones de grossesse fragilisent la peau, particulièrement celle de leur ventre et de leurs seins. Elles peuvent profiter du soleil avec modération.
J. D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *